• Cinq questions indispensables pour comprendre l’utilisation des bâtons de marche nordique.

    (et ne pas les confondre avec les bâtons de randonnée)

    http://www.decathlon.fr/conseil-sportif/wp-content/uploads/2016/02/HEADER-DIFF-MN-RANDO.jpg
     

     La marche nordique requiert peu d’équipement… mais celui-ci s’avère impossible à substituer. Si vous décidez de vous lancer, il vous faut des chaussures performantes et des bâtons de marche nordique adaptés. Pourquoi les bâtons de marche nordique sont-ils irremplaçables ? Voilà la réponse en cinq questions pour vous aider à comprendre leur importance et à faire le bon choix !

    1. Quel usage pour vos bâtons ? 

    En marche nordique, les bâtons ont une autre fonction qu’en randonnée où ils vous aident à prendre appui et à éviter de glisser. Ici, les bâtons servent à vous propulser. C’est ce qui fait de la marche nordique un sport complet, car vous sollicitez les muscles des bras, des épaules et du dos. De plus, ce travail des membres supérieurs avec l’utilisation des bâtons de marche nordique accentue le mouvement de balancier naturel des bras. Vous affinez ainsi votre silhouette plus rapidement.

    2. À quoi servent les dragonnes « gantelets » ? 

    Les dragonnes « gantelets » (avec passage du pouce) sont spécifiques aux bâtons de marche nordique. Ils vous permettent de bien ouvrir vos mains lors de la propulsion dans un mouvement fluide et régulier, indispensable à la marche nordique. Ces dragonnes « gantelets », adaptées à la pratique de la marche nordique, font la différence par rapport aux bâtons de randonnée, seulement équipés d’une dragonne. Cette dernière se glisse simplement autour du poignet, car vous ne lâchez jamais vos bâtons pendant la randonnée.

    http://www.decathlon.fr/conseil-sportif/wp-content/uploads/2016/02/GANTELETS.jpg

    3. Quelles pointes pour vos bâtons de marche nordique ? 

    En réalité, tout dépend du terrain sur lequel vous pratiquez la marche nordique. Si vous marchez plutôt sur des chemins de terre, donc un terrain humide et gras, pratiquez directement avec la pointe en métal de manière à mieux accrocher le sol pour vous propulser. Si vous préférez marcher sur route, un terrain sec et dur, ajoutez des embouts en caoutchouc sur la pointe de vos bâtons de marche nordique. C’est la garantie d’une meilleure adhérence.

    Dans le cas des bâtons de randonnée, la pointe est toujours ronde et plate pour renforcer votre stabilité en montagne.

    4. Quelle est la différence entre bâtons monobrin et bâtons télescopiques ?   

    Le bâton monobrin est composé d’un seul tube

    http://www.decathlon.fr/conseil-sportif/wp-content/uploads/2016/02/BATONS_MONOBRIN.jpg

    Le bâton télescopique est constitué de plusieurs brins.

    http://www.decathlon.fr/conseil-sportif/wp-content/uploads/2016/02/BATONS_TELESCOPIQUES.jpg

     

    Ce dernier doit en effet pouvoir s’adapter aux différents types de terrains et se ranger facilement dans un sac à dos pour la pratique de la randonnée. Pour la marche nordique, en revanche, il est conseillé d’utiliser des bâtons monobrin. Leur tube unique limite les vibrations et protège ainsi vos articulations.


    1 commentaire
  • Voici un petit schéma  montrant  la bonne posture a réaliser durant les entraînements. 

    -------------------------

     


    1 commentaire
  • Que l’on soit coureur/marcheur débutant ou habitué, il est primordial de connaître la nature de ses pieds. Si l’on veut éviter les blessures, mieux vaut s’équiper d’une paire de chaussures bien adaptée.

     1. Choisir un modèle en fonction de l’usage que vous allez en faire

    En effet connaître la durée de vos courses, la fréquence de vos entraînements, la vitesse  et la nature du sol est important.

     2. Connaître la nature de votre foulée :

    - Coureur/marcheur  universel : lorsque votre foulée est équilibrée et votre pied  stable

    - Coureur/marcheur pronateur : lorsque votre pied se déverse vers l’intérieur

    - Coureur/marcheur supinateur : lorsque votre pied se déverse vers l’extérieur

     N’hésitez pas à vous rendre dans une boutique avec vos anciennes chaussures de courses. 

    En effet, l’usure sur vos chaussures aidera le vendeur à déterminer le type de coureur que vous êtes et les parties de la chaussure qui s’usent le plus vite chez vous.

     3.  Choisir une pointure plus grande que votre pied car celui-ci  gonfle  pendant l’effort

    Il est conseillé d’acheter des chaussures  le soir car  le pied à tendance  à gonfler en fin de journée.

     4. Choisir un modèle adapté à votre poids. On distingue généralement 2 catégories :

    - Les personnes de moins de 75kg choisiront un modèle de moins de 350 grammes

    - Les personnes de plus de 75kg choisiront un modèle de plus de 350 grammes

     5. Privilégiez les magasins spécialisés sur le sport et sur la course à pied.

     6. Essayer vos chaussures avec une paire de chaussettes de sport.

     7. Quelle est la durée de vie d’une paire de chaussures ?

     La durée de vie est d’environ 1500 à 2000 km. Si vous courez environ 50 km/semaine, changez de chaussure tous les six mois. Si vous dépassez les 80 km/semaine, changez tous les trois mois.


    votre commentaire
  • Qui va doucement va surement .

    Un 100 km en courant ou en marchant c'est long, ça dure des heures et des heures. Il ne sert à rien vouloir courir/marcher vite ou intensément; ce qu'il faut c'est pouvoir tenir une allure aussi longtemps qu'une journée de travail ou beaucoup plus, ça n'a l'air de rien comme ça 08,10,15,20,24 heures lorqu'on en parle dans son canapé mais lorsqu'il faut les passer sur les jambes, à s'efforcer de faire parcourir à sa 'charpente' 100 000 mètres, ce n'est pas une petite affaire mais pas insurmontable.

    Ce qu'il faut pour espérer terminer dans de bonnes conditions, c'est faire exclusivement de l'entrainement d'endurance * il faut s'entraîner fréquemment, régulièrement, longtemps mais jamais intensément pendant de longues semaines.

    Avant le départ d'une telle épreuve, il ne faut pas se concentrer sur une performance à réaliser mais sur la tâche à accomplir. On a une distance à parcourir,  durant l'épreuve on doit rester lucide en analysant son état de fatigue aux différents stades de la course, en répartissant bien ses efforts. Partir avec l'idée de réaliser une performance, c'est souvent viser trop haut et s'exposer à la défaillance.

    * L'endurance est la qualité qui permet de prolonger très longtemps un effort d'intensité modérée sans gêne respiratoire.


    votre commentaire
  • Tout individu même en mauvaise condition physique, même s'il n'a jamais couru ou marché depuis son enfance, même s'il est âgé, pourvu qu'il n'ait pas de contre-indication formelle d'un médecin, peut adapter son corps à l'effort en s'y prenant convenablement pour ne pas se blesser. Il devra dans un premier temps s’entraîner exclusivement en endurance *.

    * L'endurance est la qualité qui permet de prolonger très longtemps un effort d'intensité modérée sans gêne respiratoire.


    votre commentaire
  • L'idéal est d'avoir une tenue avec laquelle on se sent à l'aise.

    Préférez des vêtements techniques pas trop épais de type "running" qui laissent passer la transpiration.

    Un collant running, short  ou pantalon léger  selon la saison.

    Des chaussettes adaptées, on évite les soquettes ou les grosses chaussettes de randonnée.

    Un tee-shirt en sous couche respirante complété éventuellement d'une deuxième couche.

    Un petit sac à dos avec poche à eau ou une ceinture porte bidon, un coupe-vent et une casquette ou un bonnet suivant la saison.

    En hiver, une paire de gants, un bonnet, une polaire et une veste imperméable légère et respirante type Gore-tex .

    Pour les fans de technologie, une montre-GPS pour tout savoir sur son parcours. (facultatif)


    votre commentaire
  • helios-lampe-frontale-xl9-a-led-luxeon-647936Marcher en hiver de nuit dans la pénombre ou dans le brouillard, il faut prendre toutes les précautions pour bien se faire voir des automobilistes et voir, car nos repères vont être différents : la vision est limitée au faisceau de sa lampe frontale et notre périphérique visuelle est en partie obstruée et notre équilibre s'en trouve perturbée cela nous oblige à modifier quelque peu notre façon de marcher, nos radars internes sont aux aguets pour analyser tous les paramètres qui nous entourent, la pose du pied au sol est le seul garant de notre marche sans vraiment savoir ce qu'il y aura quelques mètres plus loin. Donc, choisissez bien votre lampe frontale: ils en existe de très efficaces.

    Ainsi, privilégiez une lampe frontale "Led" aux batteries puissantes: avec 3 piles minimum, l'autonomie en sera d'autant meilleure, le faisceau doit être orientable, la fixation est très importante: le port de tête doit être parfaitement stable et confortable.

    Munissez-vous également d’un gilet fluo aux bandes réfléchissantes (celui de la voiture par ex).

    Et attention au monstre (loup) mangeur de marcheurs nordiques qui ne pressent pas assez le pas sur le parcours.  6e6ebecd09233a2d4a30a58aec6cdf74


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique